Il y déjà bien longtemps, un échange de mails relativement suivi entre deux amis de disciplines très différentes eu lieu, abordant au passage quelques questions d'intérêt notable.
Le caractère improvisé et nécessairement imparfait d'un tel dialogue était inévitable, mais, à la relecture, l'enthousiasme qui s'en dégage, ainsi que l'intérêt que peut représenter un tel échange entre des domaines relativement étrangers l'un à l'autre, ont incité le responsable de ce blog à les publier, de manière épisodique, tout au long de la présente semaine.

Par commodité, l'on a changé les noms des intervenants en les remplaçant pas des majuscules arbitraires.

Lettre première

Paris, le 14 janvier

J, à V

Salut V !

J'espere que ta rentrée s'est bien passée. C'était juste pour te dire que je suis en train de lire La Science et l'Hypothèse de Henri Poincaré et que ca pourrait t'interesser, voire être utile en philosophie des sciences, notamment les chapitres sur les géométries non euclidiennes (bien expliquées je trouve), et sur les rapports entre espace et géométrie (ce que nous percevons et ce que nous construisons). Enfin, peut-être n'est-ce pas nécessaire de t'aiguiller vers ce livre...

J

Lettre seconde

Paris, le 15 janvier

V, à J

bonjour J, et bonne année à toi !

J'espère que tout va bien, et que tu n'es pas trop débordé en ce moment...

Comme d'habitude, je mets du temps à répondre, et je te prie de m'en pardonner; mais j'ai une excuse, pour le coup : j'attendais d'avoir lu entièrement tes textes avant de t'en parler, ce que j'ai donc fait. Même si, il faut s'y attendre, je ne comprends pas tout, je trouve que les explications non algébriques sont très bien faites, et loue en cela tes dons de clarté. Introduction et conclusion, calmes, sérieuses et modestes, sont sans reproche. Et tout cela est évidemment très intéressant pour le néophyte que je suis.

Sinon, il y a une phrase qui m'a frappé dans ta conclusion :

« il serait intéressant de se pencher plus attentivement sur l'origine éventuelle de notre conception de l'espace et du temps : est-ce une construction innée, se construit-elle lors de la petite enfance ? »

Quel est la portée de cette interrogation : penses-tu réellement à une telle hypothèse ? Si oui, où et comment est-elle développée ? Je trouve que rapporter notre relation aux coordonnées espace-temps à un apprentissage durant la petite enfance est un peu étrange...

« comment dépasser les limites de la perception humaine pour aboutir à une théorie qui rende compte encore plus parfaitement du monde ? »

S'agit-il là d'un fantasme de physicien, comme l'hypothèse du voyage dans le temps ? Je serais intéressé de connaître tes vues personnelles sur ces questions...

Merci pour tout, et à bientôt j'espère. En attendant, porte-toi bien !

V